agencejoblieu de travaillocauxopen spaceRHRyan Goslingvie d'agence

À la recherche du lieu de travail idéal

Pour commencer, un petit mot d’accueil pour vous souhaiter la bienvenue sur la nouvelle formule de notre blog. Ici, nous parlerons de notre expérience sans langue de bois, avec l’envie de creuser ensemble le vaste sujet du travail en agence de communication. Pas de recette miracle, ni de grande théorie (vous les trouverez ailleurs), juste le partage de nos idées et réflexions pour faire progresser le bien-être au travail. En résumé : une approche empirique sans prise de tête.

Pour inaugurer ce nouvel espace, préparez-vous un bon thé, mettez vos écouteurs sur une musique douce et faites-donc brûler un petit papier d’Arménie (notre passion du moment au boulot). Nous allons rêver ensemble au lieu de travail idéal.

Sondage maison : le Top 3 de notre lieu de travail idéal

Nous avons fait un petit sondage dans les locaux parisiens de l’agence. Actuellement, nous sommes basés dans le 18ème, et malgré des locaux plutôt agréables on commence à se sentir à l’étroit. L’occasion de faire le point sur nos attentes pour un futur proche.

Pour définir le lieu de travail idéal, chacun des membres de l’équipe a classé 11 critères par ordre d’importance : l’emplacement, le confort, l’agencement des espaces… Bilan : si le lieu de travail idéal n’est pas le même pour tout le monde, il y a quand même une cohérence dans nos attentes prioritaires.

fatigue

En arrivant au boulot après un trajet pimenté par un incident voyageur

Sur le podium, on trouve en critère numéro 1 la distance entre son domicile et son lieu de travail. Une aspiration bien légitime quand on connaît la galère des transports parisiens. Passée la limite des trois quarts d’heure de trajet, la distance devient difficile à supporter, d’autant plus que nous ne sommes pas tous égaux sur la qualité de ce trajet : certaines lignes de métro sont plus fiables que d’autres, et la multiplication des changements ajoute à la pénibilité.

En deuxième position vient l’emplacement, à savoir la qualité du quartier : la proximité des commerces et des restos, l’ambiance, la sécurité. On a chacun nos obsessions : le plein de restos pour illuminer la pause dej, la possibilité de s’exiler une heure le midi pour visiter une expo, les cinémas voisins pour se faire une petite séance après le travail. Est-ce une spécificité d’agence ? Toujours est-il que nous sommes unanimes pour dire que nous tenons à travailler dans un quartier agréable et dans Paris intra-muros.

Ce n’est qu’avec le troisième critère d’importance que vient enfin l’espace de travail en tant que tel : la taille des espaces. De la place pour tous, un bon cloisonnement des espaces de travail.

Alors, on va où ?

Le lieu de travail porte bien son nom, puisque la localisation truste les deux premiers critères de notre classement. En sachant que nous n’habitons pas tous ensemble (ah ah ah), comment définir l’emplacement idéal ? Le bon sens voudrait qu’on cible le centre de Paris, mais le bon sens n’a pas grand chose à voir avec le marché immobilier parisien. Il faut s’excentrer, au moins un petit peu, ou accepter de réduire la taille ou la qualité des locaux. Vaste dilemme.

L’emplacement d’une agence est loin d’être anodin. C’est une partie prenante de son identité, qui aura un impact sur le profil des collaborateurs (vous vous souvenez du super job dans une agence à Boulogne Billancourt ? Vous aviez dit non). C’est un choix qu’il faut assumer, et qui fera partie des conditions de futurs recrutements : car oui, le lieu de travail fait bien partie du « package » de départ.

space-danse

Ceci est mon espace, ceci est ton espace. Tu n'envahis pas mon espace, je n'envahis pas ton espace.

Le bon agencement des espaces

Une fois l’emplacement trouvé, vient l’agencement de l’espace. Aujourd’hui, la petite taille de nos locaux nous empêche de bien concilier les espaces individuels et les espaces collectifs. Si l’open space n’est pas mort, il est de plus en plus exigent. La motivation et la productivité en dépendent. D’après cet article du Figaro, « Il faut différencier les open-space intelligents (pas plus de 10 personnes) des open-space ‘poulailler’, où les collaborateurs sont gérés en batterie. Effectivement, un espace de travail isolé composé d’environ 6 à 8 personnes est une excellente alternative. »

Dans un open space trop petit, lorsque quelqu’un décide de faire une pause… et bien tout le monde en profite. Nous sommes obligés de synchroniser nos temps de travail pour bien vivre ensemble, et c’est un compromis permanent. Nous rêvons donc à plus d’espace personnel, à cette fameuse « bulle » dans laquelle nous pourrions travailler plus efficacement. Et en contrepoint, nous aspirons aussi à des espaces collectifs pour marquer des temps de pause ensemble.

Le bon goût et le confort

La déco a bien sûr son importance. On oscille entre l’envie d’une ambiance feng-shui et un décor de filles façon My Little Paris, mais les collègues hommes ne sont pas trop d’accord. On veut de grands murs blancs, des bureaux lumineux, le charme de l’ancien mais avec une bonne isolation.

En fait, les désaccords sont là : dans notre équipe certains privilégient l’esthétique, d’autres le confort. Les volets électriques ? Un rêve simple quand chaque jour on s’écorche les doigts sur des volets vieillissants. Une belle bâtisse ? Une bonne raison de plus pour se lever le matin. Mais on est d’accord pour dire que c’est secondaire comparé aux premiers critères.

“On veut de grands murs blancs, des bureaux lumineux, le charme de l’ancien mais avec une bonne isolation.”

Les bonus

En fin de classement viennent les critères « bonus », ceux qui améliorent le quotidien à condition que l’essentiel soit garanti.

C’est le moment de faire notre liste à la Prévert. Dans notre lieu de travail idéal, il y aurait :

– De jolies plantes et des bouquets de fleurs fraîches

– Un baby-foot (pardonnez notre manque d’originalité)

– Une vaste collection de thés et de bougies parfumées (vous avez dit girly ?)

– Une terrasse pour prendre l’air, passer ses coups de fils et trouver l’inspiration

– Un grand chêne au milieu de la terrasse, pour retrouver la zénitude en cas de bug de code

– Des chaussons pour travailler « confort »

– Une équipe de masseurs qui viendrait nous délier les épaules les jours de rush

– Une grande salle bien isolée pour prendre ses déjeuners en musique…

– … et un canapé pour les micro-siestes post pause dej

– Une salle pour prendre des cours de yoga

Et puis ce qui est bien avec cette histoire de masseur, c’est qu’on a déjà prévu le recrutement.

Welcome chez Résidence Mixte, Ryan !

Welcome chez Résidence Mixte, Ryan !

Et vous, à quoi ressemblerait votre lieu de travail idéal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *