changementmanagementmythe

Nos statues de sel

Oser la parabole biblique en ces temps où les références religieuses peuvent prêter à polémique, c’est la gageure de Gilles Jurine. Il propose une approche éclairante du changement en entreprise.

Genèse 19.26 "La femme de loth regarda en arrière et elle devint  en statue de sel". Gravure : Gustave Doré.

Genèse 19.26 « La femme de loth regarda en arrière et elle devint une statue de sel ». Gravure : Gustave Doré.

Le sens du mythe de Loth ne m’était pas apparu comme une évidence jusqu’à l’éclairage bienveillant de Gilles Jurine, psychologue et intervenant en entreprise, dont le parcours atypique est riche en expériences.

1. Le mythe

Le mythe de Loth, repris dans les textes de différentes religions, rapporte la situation suivante. Il est question d’une ville en perdition. On donne l’opportunité à des « Justes » de fuir avant la destruction de la cité par un Dieu foudroyant de colère. Une fois cette famille identifiée, elle doit partir avec une consigne précise : ne pas se retourner.

Et pourtant, dans sa fuite, un membre de la famille se retourne et se change instantanément en statue de sel.

2. Le decryptage

La femme de Loth ne peut s’empêcher de se retourner vers le passé. Ce réflexe pétrifie son action, l’empêche de se construire et de se projeter. La contemplation du moi antérieur se traduit ici par un ressassement, des automatismes et un blocage absolu de l’action.

La statue. Le sel. CQFD.

3. L’entreprise

La tentative, l’expérimentation, le test sont des valeurs-clés pour construire et entretenir nos compétences. Si on se fie uniquement à son passé, si on entretient ses blocages et ses précédents échecs, la construction du présent devient difficile. Avancer sans se retourner n’est pas une posture de fuite, mais la construction confiante d’un présent empreint de possibilités nouvelles.

Sans préjuger de l’efficacité d’une telle analyse, et de son extrapolation au domaine du management, ce mythe résonne volontiers en nous. Chacun est libre de son interprétation !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Oh ! Cela me fait vaguement penser au mythe d’Orphée et Eurydice ! Tragique histoire où Orphée, inconsolable, tente d’aller récupérer Eurydice, sa bien-aimée, dans le Royaume des morts. Après de longues négociations, Perséphone accepte de laisser Eurydice quitter les Enfers avec Orphée. À une seule condition, Orphée ne doit pas se retourner avant d’accéder au Royaume des vivants ! Malheureusement, peu avant l’arrivée, Orphée se retourna pour admirer sa chère et tendre. Eurydice lui fut immédiatement retirée et dut rester éternellement aux Enfers.
    Cette métaphore nous montre qu’il faut savoir aller de l’avant ! :)